Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 09:21

Réponse à ceux qui me prennent pour un fou !

Avant de traiter quelqu’un de fou, il faut chercher à le comprendre. Si vous aviez lu mon livre « L’Ere du surmental arrive… ».

 

Vous auriez vu que j’oppose les sciences de l’Homme à la science humaine, donc cette dernière ne porte que le nom d’humaine.

 

De ce fait, la lectrice et le lecteur auront la possibilité de développer leur surmental ou tout au moins la possibilité de se placer sur la voie de le développer en élevant leur état de conscience.

 

Parmi, ceux qu’ils ont lu mes livres, personne ne m’a traité de fou, ceci a été plutôt le contraire et maintenant l’ouvrage est terminé.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Marie
commenter cet article

commentaires

Philip.M 14/10/2009 16:53


Je ne vous prend pas pour un fou. Pour la première fois de ma vie je constate que je n'ai pas été fou moi-même, mais simplement que je luttais contre la folie et que j'en avais raison. J'avais
toujours ce sentiment profond que l'on pouvait retourner les choses en prenant du recul. En les regardant d'une telle manière que l'on oublie tout les cotés matérialistes et préconçut de notre
société. Je pense que ce pouvoir dont vous faites part represente une capacité à s'éloigner de nous-même, au dela de nous-même et des limites illusoires que l'on se fixe sous l'influence culturelle
de notre société, qui nous dit par exemple, "si tu es paranoiaque, vas voir un psy, il te cataloguera parmis les paranoiaques et tu subira le traitement habituel". Un traitement identique à tous,
alors que les raisons de chacun sont uniques à soit-même, similaires parfois mais pas identiques. En revanche l'on peut contourner le phénomène par soit même, en faisant nous-même le travail sur
soit, en prenant nous même l'initiative de faire le chemin qui nous guide vers nos propres réponses. En ayant la conscience qui  nous permet de sortir de ce système prédéfinie, ce qui réduit
'la pression', en l'occurence le stresse, l'angoisse, la certitude d'autrui, le regard d'autrui, qui sont des barrières, des limites dans lequels l'on peut s'enfermer jusqu'à même penser ne plus
pouvoir en sortir par soit même.
Je suis tombé sur votre interview, j'ai été stupéfié par votre vision des choses, particulierement par le fait de me rendre compte que je n'étais pas le seul à avoir ce regard qu'il est difficile
de developper "en groupe". Je travail sur l'écriture éventuelle d'un livre relatant mes recherches, mes regards, mes pensées, les solutions, les bonnes pensées qui m'ont aidé à m'éloigner des
mauvaises que je prétend être inadaptées. J'espere avoir l'occasion de pouvoir partager certaines choses avec vous. Vous avez dit avoir vécut une vie difficile et que vous ne l'a revivriez pas (pas
dans ce monde actuel j'imagine), je pense que ce qui l'a rendu particulierement difficile, c'est le fait d'avoir eu une pensée, une vision des choses différentes des autres, qui pourtant vous été
utile à vous, mais tellement différente qu'elle n'etait comprise que par peu de personnes voir aucune. Si j'ai commencé à écrire ma vision, c'était pour organiser ma conscience et surtout l'évacuer
de tout ce qui n'était pas moi. Faire un trie, se prendre conscience. Mais j'avais cet espoir, en me publiant sur les blog, de trouver des personnes s'identifiant à cet manière de penser, pour
partager, et aussi apporter ce que j'estimais important de faire, comme un devoir, crier ce que personne ne semble voir. Je pense que la société à l'état actuelle, developpe chez l'être humain une
manière de pensée qui n'est pas parfaitement adaptée à ses capacités, c'est le problème. Sachez que c'est mon combat et que j'essai de faire en sorte que les gens comprennent qui ne s'agissent non
plus d'un pouvoir, mais d'un devoir. J'ai 24 ans, je n'ai certes pas autant d'expérience que vous, mais je vous apporte mon soutient dans votre travail, par ma croyance en mon travail personnel
ayant des idéos relativement similaires aux votres. J'estime que cette croyance en ce que vous appellez le surmental est bien loin d'une folie mais plutot un remède contre les folies, il touche du
doigts le véritable manque à notre société, la véritable limite. Il est vrai qu'il faut être un peu fou pour oser remêtre en question les conceptes de la société et pour survivre à cela surtout,
mais il faut aller au dela de la folie, pour en trouver les solutions. Je ne crois pas en la destruction de la société, mais en une modification profonde absolument oui.
J'aimerais pouvoir partager avec vous certaines de mes perceptions à l'avenir.
A bientot.

Philip Moisan


xenia la chamane 07/10/2009 16:41


celui qui n'a jamais connue cette maladie est bien mal placé pour en parler!!!!et sous le couvert de l'anonymat!!trop facile!!sache mon petit qu'elle ne vient pas toute seule cette saleté!!!il y a
qu'à regarder ce qu'il se passe en se moment au télécoms!!!! et dans bien d'autres entreprises dont on ne parler pas!!!!


bandidas 07/10/2009 16:33


Oui m'enfin ya pas besoin d'être très fortiche pour savoir que les causes d'une dépression sont à chercher chez le dépressif lui même....


xenia la chamane 29/09/2009 09:50


justement,nous sommes en train de lire le livre et nous sommes d'accord avec!!nous y croyons depuis longtemps , et cela nous aides bien dans notre vie , j'ai fait de la depression pendant plus de
20 ans et quand j'ai compris que c'érait moi  toute seule qui me rendait malade , et bien plus rien,je suis en pleine forme.les personnes autour de moi qui avaient fuits n'ont reviennent pas
du changement radicale en peu de temps et croyez - moi,je n'en reviens pas moi meme bravo à l'auteur , amitié


debile mentale 26/06/2009 12:07

j'ai regardé votre video promotionelle.... vous vous êtes regardé dans un miroir?Si demain je lis votre livre, j'aurai donc des pouvoirs????!!!!! Comme superman???!!!Franchement je me marre, vous avez cas vous filmer et nous montrer les pouvoirs du surmental. Peut qu'après cela le monde vous écoutera. M'enfin je doute que vous puissiez le faire.