Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 17:37

Merci d’informer vos relations des méfaits de l’inconscient empêchant l’évolution humaine.

 

Savez-vous que d’après la neuroscience, nous avons 100 milliards de neurones et que nous n’en exploitons qu’une infime partie ? Pourquoi ne pas en exploiter plus ?

 

Depuis la nuit des temps, l’être humain, en élevant l’inconscient en fonction de son conscient, a formé son état mental qui en a fait un être sous-éduqué par rapport à ce qu’il devrait être.

 

Einstein disait que l’homme exploite son cerveau à 10 %. Ceci est repris par la neuroscience. Autrement dit, il a 90 % d’inconscient en lui et cet inconscient n’est pas le même en chacun de nous, expliquant ainsi notre différence.

 

C’est pourquoi la magistrature, en se comportant d’une manière inverse à ses statuts, comme je le prouve dans mes ouvrages, commet plus de 90 % d’erreurs de jugement et met 90 % des entreprises en règlement judiciaire, détruisant ainsi l’économie d’un pays. De même, 90 % de l’argent ne rentre pas dans les caisses de l’État du fait de cette même institution judiciaire. À ceci s’ajoutent la médecine classique (allopathique, vaccinale) et la psychiatrie qui produisent chacune 10 fois plus de malades et de morts prématurés, faisant de la médecine moderne le plus grand génocide perpétré par le mental. Mais si le corps médical en est responsable de par sa recherche du profit, il n’en est pas plus coupable que ne le sont les magistrats dans leur profession, et le mental ne permet pas le pouvoir de visualisation, ou très peu. Sylvie Simon, dans son livre La nouvelle dictature médico-scientifique, écrit : « Les grandes écoles et les Académies nous enseignent le savoir, mais pas le simple bon sens et encore moins la connaissance qui est un don rare et inné ». La connaissance n’est pas à la portée du mental, mais elle est à la portée de celles et ceux qui au fur et à mesure élèveront leur mental.    

 

Les plus grands économistes comme les politiques, en ignorant ou en voulant ignorer ceci, ne sont que de déplorables théoriciens amenant l’augmentation des dépenses publiques par rapport aux rentrées des finances dans les caisses de l’État, expliquant par-là le surendettement de la France au détriment du peuple exploité ; et cette image est identique dans les autres pays. Il est temps que cela change et que l’être humain élève son conscient au détriment de son inconscient avec les avantages que ceci représente pour son bien-être, lui évitant ainsi la maladie, le retardement de l’effet de la vieillesse et la mort prématurée alors qu’il voudrait vivre plus longtemps, sans compter les difficultés engendrées dans notre existence que le mental sait rarement maîtriser par rapport au surmental, c'est-à-dire l’évolution du mental.

 

Par l’étroitesse du mental, rien ne peut être amélioré pour le mieux-être social, et comment le pourrait-il alors que l’être humain est dépassé par l’importance de son inconscient ? Ceci ne peut se résoudre que par le surmental, c'est-à-dire par la progression de l'élévation du mental. Certains écrivains pensent que l’Homme exploite son cerveau à 3 %, et j’en fais partie. Aussi, ce que je peux écrire sur l’inconscient va vers l’infini et plus il en prendra conscience, plus l’être élèvera son conscient au détriment de son inconscient. D’où le titre de mon dernier ouvrage, Vers une évolution parfaite de l’être humain. Ce livre permet de développer les pouvoirs qui sont en nous et qui de ce fait n’ont rien de surnaturel – http://www.evolution-parfaite.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Claude Marie
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude MARIE 13/04/2011 10:36



Réponse à des internautes


Notre cerveau est un récipient qui devient extensible par le développement du mental (surmental) et de ce fait les
neurones se développent pour faire faire face aux difficultés et permettent de développer le savoir et ceci vers l’infini. Ce qui est pensé par le mental ne peut être comparé avec le surmental
qui n’a pas de pensé pour évoluer suivant son développement, car le surmental par rapport au mental, n’est pas bloqué.